Redemption song – 2008

Je garde un souvenir très particulier de ce tournage. Tout d’abord, c’était une très belle rencontre avec Billy Bang, musicien de jazz atypique, et personnage d’une grande sensibilité. Malheureusement, Billy nous a quitté le 11 avril 2011…
Deux mois et demi de road movie à travers tout le Vietnam. Billy étant un personnage parfois imprévisible, il nous fallait être toujours prêts à tourner jour et nuit. C’est ainsi que je dormais toutes les nuits avec mon enregistreur posé à mes côtés, au cas où. Pour ce tournage, il fallait à la fois une configuration peu encombrante, souvent requise pour le documentaire, mais suffisamment performante pour enregistrer aussi de la musique live. Tout ceci en respectant les contraintes budgétaires qui étaient assez serrées.
Le film a été tourné avec deux caméras Sony Z1. De mon côté j’ai utilisé comme enregistreur, un Edirol R4. Cette machine plutôt bas de gamme à l’avantage d’être très légère, mais elle présente deux inconvénients. Il est nécessaire d’y ajouter un pré-ampli, puisque ceux d’origine ne sont pas très bons, particulièrement pour les ambiances calmes. Quant au disque dur, il supporte parfois difficilement les conditions climatiques chaudes. Pour l’enregistrement des musiques en 96Khz, il arrive aussi que le disque ait du mal à suivre…
En micros, je disposais de HF Sennheiser série G2 avec capsules TRAM, des micros Rode NTG2 sur la perche et sur les deux caméras. Un micro stéréo XY Rode NT4, une paire d’Okava MKO12 et un Sure SM58.

 

SynopsisAffiche Billy Bang

En Mars 1967, Billy Bang s’est engagé dans l’armée américaine pour combattre au Vietnam. Cette expérience l’a profondément marqué. À son retour, il a essayé d’oublier ses traumatismes et cauchemars à travers l’alcool, la drogue et la musique. Quarante ans plus tard, il décide de retourner au Vietnam, seul moyen selon lui de panser ses blessures. Cette fois-ci, il aura pour seule arme, son violon. Redemption song est un film sur le désir de surmonter et de dépasser le traumatisme de la guerre à travers l’art et la musique.

 

Fiche technique

Réalisation : Markus Hansen et Jean-Marie Boulet
Production : Loïc Magneron – Wide Management
Production exécutive Vietnam : Dang Tat Binh – Feature Film Studio 1
Images : Markus Hansen et Jean-Marie Boulet
Chef opérateur du son : Arnaud Soulier
Montage : Joël Jacovella

 

Affiche du filmPhotogramme du filmPendant l'enregistrement d'un concert de Billy au jazz club d'Hanoi en compagnie d'Hoa, traductrice du film.Markus, Billy et moi dans le delta du  Mekong. Out of focus !En moto dans les rues d'Hoi Anh avec Quynh Anh Pham, assistante à la réalisation, traductrice et personnage du film. C'est aussi ma petite sœur vietnamienne.J'enregistre des sons quelque part au Vietnam....Le soir du 24 décembre 2006 à Huê, toute l'équipe du film ! Billy Bang, Viet Lan (Policier attaché au ministère de la Culture), Phuong (Directeur de production Studio N°1 Hanoi), Markus Hansen (Réalisateur), Jean-Marie Boulet  (Réalisateur), Thong (traductrice), et moi.J'enregistre un concert de Billy au Jazz Club d'Hanoi.Billy Bang dans la cour de l'hôtel à Tay NinhTuan, le propriétaire du Tuan Jazz Club de Saigon et Billy Bang.Billy Bang devant la gare de Dà Nang.Markus Hansen et Jean-Marie Boulet, les réalisateurs, dans le lobby de l'hôtel de Tay Ninh.Markus Hansen, réalisateur au travail.Réalisme socialiste, avec Markus et moi dans la cité impérial de Huê.