Semaine du son Hanoi – 2016 – Présentation

Visuel_carton

La semaine du son, s’est déroulée du 24 au 29 octobre 2016 au Centre Culturel Français de Hanoi – L’Espace.

Conception et coordination
Arnaud Soulier

 

Présentation

Les semaines du son à travers le monde existent déjà depuis de nombreuses

années. Chacune d’entre elles prend des formes différentes mais converge vers

le même objectif : créer des évènements afin d’initier le public à une meilleure

connaissance du son. L’enjeu est de sensibiliser tous les acteurs de la société à

l’importance de la qualité de l’environnement sonore mais aussi de contribuer

au développement de l’écoute, sens générateur d’émotions.

 

Pourquoi une semaine du son à Hanoi ?

Le Vietnam est un pays très « sonore” et probablement l’un des pays les plus

bruyants au monde. Dans ce chaos de sons, on y découvre, pour qui apprend à

l’écouter, une richesse sonore incroyable. Lorsque l’on s’attèle, ici, à un travail

lié au son, on s’aperçoit très vite que la tâche est ardue. Ainsi, les cinéastes,

les gens de radio ou de télévision, les musiciens, sont tous confrontés au cours

de leurs travaux aux difficultés liées à cet univers sonore particulièrement

difficile. Quant aux habitants, nombre d’entre eux semblent faire abstraction

de ce chaos en adoptant un comportement étonnement distancié avec cet

environnement cacophonique. Soit certains semblent ne pas entendre, soit

d’autres ajoutent au volume sonore déjà conséquent un peu plus de chaos à

l’aide d’un karaoké ambulant ou d’une scie circulaire.

C’est donc le lieu « idéal” où proposer une semaine du son : pour affronter ce

monstre sonore et apprendre à l’écouter. S’en abstraire, à l’occasion de cette

semaine, afin que chacun redécouvre son système auditif propre, vecteur

d’émotions et de sensations.

 

Lors de cette semaine, je vous invite à voyager au pays des sons avec Daniel Deshays, l’un des grands ingénieur du son français qui nous donnera les clefs sonores du cinéma avec l’œuvre de Jacques Tati, Jean-Luc Godard ou Alain Cavalier entre autre. Cette aventure se poursuivra avec la présentation d’un très beau travail sonore réalisé par de jeunes vietnamiens, étudiants en cinéma. Et s’achèvera par un ciné-concert franco-vietnamien sur une œuvre majeure du cinéma muet japonais.